• Post category:Environnement
  • Commentaires de la publication :2 commentaires
  • Temps de lecture :13 min de lecture

Quel est l'impact de nos voyages et du tourisme de masse ?

Vous aimez beaucoup voyager, mais vous culpabilisez à chaque fois que vous prenez l’avion ? Vous souhaiteriez connaître l’empreinte carbone de vos voyages ? Vous ne souhaitez pas que vos vacances se fassent au détriment d’un paysage ou d’une culture fragile ?

Enfin, vous souhaitez connaître les différents moyens de voyager plus durablement ? Dans cet article, qui sera présenté en deux parties, on vous montre quel impact nos voyages ont sur l’environnement et comment passer au tourisme durable

Pourquoi il est important de passer à un tourisme durable ?

Le tourisme durable ou “slow-travel” est essentiel pour pérenniser l’industrie du voyage dans les prochaines années. Une forte augmentation du tourisme est prévue dans les prochaines décennies. Si cela peut aussi avoir un bénéfice sur les pays concernés, nos modes de “consommer le voyage” doivent être revus.

L'ampleur et le bilan carbone du tourisme de masse

Malgré une baisse brutale du tourisme ces dernières années, l’année 2022 compte tout de même 900 millions de touristes. Contre 1.5 milliard en 2019 et 1.8 milliard de voyageurs estimés pour 2030. Cette baisse du tourisme ces dernières années a un impact négatif sur la croissance de certains pays dépendant en partie de celui-ci pour vivre. La Chine, quant à elle, met en place pour 2023 une opération “marketing” jamais vu.

Des randonneurs en tourisme durable

En effet, elle offrira 500 000 billets d’avion gratuits en direction de Hong-Kong afin de relancer le tourisme. S’ils sont destinés en premier lieu à l’Asie, ils seront donnés également au reste du monde. Si les 500 000 billets étaient utilisés pour un vol aller-retour Paris-Pékin, cela représenterait 1 million de tonnes de CO2 émis.

Un tourisme qui n’est donc pas près de s’arrêter. Le tourisme mondial représente à lui seul 8% des émissions de CO2 dans le monde, nous sommes donc loin d’un tourisme durable.
Les transports sont bien sûr majoritaires dans le bilan carbone total, mais le bilan environnemental du tourisme ne se limite pas à son mode de transport.

Quels bienfaits a le tourisme sur les villes et les populations ?

Avant de cracher notre venin il est important de rappeler que le tourisme a aussi du bon et qu’il est un secteur essentiel dans beaucoup de domaine. 

Le tourisme est le 3ème secteur économique mondial. Il n’a pas que des points négatifs, loin de là. Le tourisme est très important voir vital dans la croissance économique de certains pays.

→ Au Bangladesh, 100 touristes mènent à 944 emplois.
→ En Thaïlande, le tourisme représente 19,7 % du PIB. (sans parler des îles, Maldives, Seychelles…)
→ Il aide à la préservation des monuments, des parcs nationaux, des relations entre communautés et inter pays, au développement des réseaux de transports…
→ Avant la crise sanitaire, le tourisme, c’était 313 millions d’emplois dans le monde.

Le tourisme est primordial pour plusieurs pays et il a beaucoup d’avantages dans tous types de domaines que ce soit culturel, social ou même environnemental (préservation des espaces naturels).
Mais le tourisme, ce n’est pas que du positif (sinon, on ne vous inciterait pas au tourisme durable) surtout quand on parle de tourisme de masse.

Que provoque le tourisme de masse sur les villes et les populations ?

Le surtourisme de Venise
Le surtourisme peut "détruire" des villes, Venise en est le parfait exemple

Le surtourisme, lui, a surtout des inconvénients ! L’exemple le plus parlant ici est Venise : 55 000 Vénitiens pour 30 millions de touristes à l’année. Une telle affluence qui risque de faire passer la ville sur la liste du Patrimoine mondial en Péril. Les bateaux de croisière sont déjà interdits depuis 2019 pour préserver les fondations de la cité. Tant de site merveilleux et pourtant gâché par le tourisme de masse : Le Machu Picchu, les îles Galapagos, Pétra en Jordanie, l’île de Pâques… 

Plus localement, la pollution sur le mont st Michel et le Mont-Blanc devient de plus en plus problématique ! 

Beaucoup de célèbres sites touristiques fragilisés ou détruit par le piétinement des touristes, leurs déchets et autres incivilités. Mais aussi et surtout des aménagements, des hôtels immenses, une circulation dense et de multiples infrastructures afin d’accueillir le touriste.

Le tourisme de masse crée également un déséquilibre du marché locatif, principalement dans les grandes villes d’Europe : Paris, Londres, Bruges ou Dubrovnik en Croatie. Les hôtels et appartements locatifs saisonniers prennent de l’ampleur et destituent les villes de leurs habitants locaux.

Reprenons l’exemple de Venise : en 1951, le centre historique comptait presque 175 000 habitants contre 55 000 aujourd’hui.
Une baisse de 68% de la population en un peu plus de 70 ans. Un mouvement similaire se répète dans les villes touristiques à causes des investisseurs en quête de profit par le biais d’hôtels ou d’appartements locatifs passant souvent par des services tel que Airbnb.

Une augmentation des loyers et du prix du m² sont causés par la crise du logement provoqué par le tourisme de masse. Heureusement, des lois sont mises en place pour réguler la location touristique et ainsi redonner les villes telles que Paris et Barcelone à leur habitant.

  • Une surconsommation des ressources naturelles supérieures à ce que le pays peut produire. En nourriture et en eau principalement, dans des pays qui manquent déjà de ces ressources essentielles.
    L’eau utilisée par l’arrosage des terrains de golf et le remplissage des piscines des hôtels dans des pays comme l’Afrique par exemple est une vraie aberration.

  • La consommation d’électricité est également disproportionnée par rapport aux besoins des villes là où le tourisme de masse est très présent. Selon La Banque des Territoires, la quantité de déchets ménagers dans les villes touristiques est supérieur de 27% à la moyenne nationale. 
    Ce qui entraîne une difficulté du traitement des déchets, particulièrement dans les “zones restreintes” : zones montagnardes/îles.
    Sur le thème de l’énergie, retrouvez notre article sur l’énergie éolienne ici.

L'effet du tourisme de masse sur l'environnement

Le tourisme de masse impact l’environnement en général, chaque secteur est concerné, partout où le touriste passe, des moyens sont mis en place pour le satisfaire. Ce qui provoque forcément une surconsommation de ressources, d’activités, de transports.

  • Pollution des eaux et des sols par les moyens de transport (ferry, bateaux de croisières) qui participent aussi à l’érosion des sols et la destruction des récifs coralliens (en Thaïlande par exemple). Les rejets de déchets et produits toxiques (emballages, crèmes solaires). Le CO2 émis par ces grands bateaux cause également une acidification des eaux.
Une croisière de touriste en bordure de montagne

Les eaux usées rejetées, elles, peuvent entraîner des zones hypoxiques. Tout ceci sans compter la consommation énorme de carburant et le risque de naufrage et donc de marées noires de ces villes flottantes.

→ D’après la FNE, un paquebot de croisière dans un port polluerait autant qu’un million de voitures ! Les moteurs restants allumés en permanence combinés à une teneur en souffre 350 fois supérieur au diesel des véhicules particuliers.

  • Sans oublier la pollution de l’air, émise par les trajets aériens, mais on en parlait plus haut !
  • La biodiversité en danger avec le tourisme animalier : balade à dos d’éléphant, safari, visite de lieux qui dérange certains animaux (Chauve-souris).

    Tout pour le touriste, y compris, des singes dansant dans certains pays asiatique ou encore des charmeurs de cobras maltraitant ces derniers. On peut largement parler de maltraitance animale pour satisfaire le touriste.

     

  • Destruction des différents écosystèmes : déforestation et destruction de la végétation locale, bétonisation des côtes, dégradation des déserts. (Si vous êtes intéressés par la protection des écosystèmes comme la forêt, voici un de nos articles qui en parle.)

    → En mer Méditerranée, 52% des déchets proviennent du tourisme, c’est impressionnant !

    → L’archipel de Raja Ampat et ses 1500 îles en Indonésie devrait se voir doter d’un nouveau port qui risque de fragiliser les récifs coralliens dans le but d’établir un “nouveau Bali”.

    Si vous le souhaitez, une ONG Française de protection et restauration durable des coraux existe. Coral Guardians agit et obtient de vrais résultats dans cette protection marine. Ils vous proposent même par le don, “d’adopter un corail” en Indonésie pour 30€ déductible.

Le tourisme de masse, quelle solution ?

Le tourisme a ses bons côtés, pour certains pays il est même indispensable à l’économie.
Il entretien de certaines manières, la conservation des bâtiments historiques. Il fournit des millions d’emplois, y compris dans les pays pauvres et parfois même il crée de l’engagement pour l’environnement. 

En revanche, on s’aperçoit souvent trop tard des ravages du tourisme, surtout quand on parle de tourisme de masse. Il reste un des secteurs les plus polluants par ses différents moyens de locomotions et de surconsommation des nombreux touristes qui peuvent détruire des écosystèmes et même mettre à mal des populations et le bon vivre des villes autrefois paisibles. 

Heureusement, le tourisme durable fit son apparition dans les années 90 pour palier au tourisme de masse. Qu’est-ce que le tourisme durable ? Le slow-travel ? Comment le mettre en application ?

C’est un article que vous retrouvez prochainement sur instinct-planète.fr !

Si cet article vous a intéressé et si vous êtes tenté par cette seconde partie, n’hésitez pas à le dire dans les commentaires. Si vous aimez notre travail, n’hésitez pas non plus à le partager et montrer cet article à vos proches qui souhaiterait partir en vacances prochainement, mais qui se questionnent sur leur impact et une alternative !
Suivez-nous sur nos réseaux ou à travers notre newsletter 

À ne pas rater !
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir nos futurs articlesUne cascade dans une forêt
En vous inscrivant à la newsletter, vous consentez à ce que Instinct-Planète, en sa qualité de responsable de traitement, collecte vos données afin de vous envoyer des communications par voie électronique. Vous pourrez vous désabonner à tout moment. Pour faire valoir votre droit d’accès, de rectification ou d’effacement, consultez notre politique de confidentialité.
Adresse e-mail non valide

Sources → Les effets du tourisme de masse – ÉQUILIBRE (equilibre-travel.com) /  Les 10 sites menacés par le tourisme de masse – SeniorVoyageur /
Le tourisme serait l’un des vecteurs principaux du réchauffement climatique | National Geographic / Le surtourisme : quel impact sur les villes et sur l’environnement ? | vie-publique.fr / Pour relancer le tourisme, Hong Kong offre 500 000 billets d’avion gratuits – Geo.fr

S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus populaire
Le plus récent Le plus ancien
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jennifer
Jennifer
Invité
10 mois

Bravo pour votre article, il y a des chiffres qui font peur, mais c’est bien d’en être informé!