• Post category:Alimentation
  • Post comments:0 commentaire
  • Temps de lecture :11 min de lecture

Quel est l'impact environnemental de notre alimentation ?

Notre alimentation joue un rôle déterminant dans notre empreinte carbone personnelle. Respecter les saisons des aliments, consommer local, éviter le gaspillage alimentaire mais aussi réduire et même supprimer certains aliments de nos régimes alimentaires !
C’est le cas pour le café, le chocolat, la viande, le soja ou encore certains fruits exotiques.

On vous explique quels sont ces aliments, pourquoi ils ont un impact fort et comment réduire l’impact de notre alimentation !

Quels sont les aliments les plus polluants pour la planète ?

chocolat et cacao en pagaille

Le chocolat

chocolat et cacao en pagaille

L’impact du chocolat c’est d’abord sa consommation d’eau: 1kg de cacao utilise environ 17000 litres d’eau, c’est plus que la viande de bœuf (15000L).
La déforestation : La plantation des cacaoyers en Côte d’Ivoire a détruit 90% des forêts en 60ans.
Le chocolat (et non le cacao) est un produit ultra transformé : il contient des produits nocifs pour l’environnement comme l’huile de palme qui déforeste ou dangereux pour la santé comme les sucres raffinés et autres conservateurs.

Les solutions :
→ Consommer du chocolat bien composé contenant des sucres non raffinés, pas d’huile de palme et plutôt du chocolat noir.
→ Acheter du chocolat labellisé pour la protection des forêts et de l’éthique humaine (travail enfant). En exemple, rainforest, UTZ, Fair trade 
→ Moins consommer
, réduire notre consommation reste le meilleur moyen de réduire l’impact du cacao. Ne pas surconsommer dans les périodes comme pâques ou noël !

Le café

Tout comme le cacao, le café vient de très loin, principalement Afrique ou Amérique du Sud. Le café est très polluant pour les sols, il est souvent cultivé en monoculture accompagné de produits chimiques pour la rentabilité afin de combler sa surconsommation. La déforestation et le transport entrent aussi dans son empreinte carbone élevée. De plus, sa consommation en eau est égale à celle du bœuf (15000 litres d’eau pour 1kg de café)

Tasse à café et grains de café

L’impact environnemental du café est aggravé par l’utilisation des dosettes (la France 1er consommateur au monde). Ces dosettes étant à usage unique son impact est démultiplié.
D’ailleurs, à forte dose le café est aussi dangereux pour la santé (au-delà de 4tasses/jour).
Les solutions : 
→ Les labels du café équitable Ecocert équitable, Fair Trade max
→ Prendre du café bio 
→ Consommer du café en vrac en grain (retrouvez nos conseils vrac sur cet article
→ Consommer un « autre » café : café épeautre, sarrasin, orge…

La viande

Nous en avons déjà fait un article complet : l’impact de notre consommation de viande sur la planète.
On vous conseille vivement d’aller y faire un tour. On y parle de son impact sur la pollution de l’air, des eaux, la déforestation, la maltraitance animale… Mais aussi le soja qui est étroitement lié à la consommation de viande.
La morale n’étant pas de devenir végan forcément mais réduire sa consommation de viande est vraiment un grand geste pour l’environnement.

L'alimentation ultra transformée

Une autre catégorie des plus polluantes est celle de l’alimentation industrielle. Les produits ultra transformés sont énergivores : ils ont besoin d’être transformés, conditionnés, réfrigérés, conservés… Autant d’étapes qui représentent 40% de l’énergie dépensée en grande surface.

Les déchets alimentaires sont aussi bien plus important dans cette catégorie d’aliment. 
Lorsque l’on achète des produits frais et « brut », que l’on cuisine nous-même, nous éliminons beaucoup de ces étapes polluantes.
On vous donne tous nos conseils pour une bonne alimentation sur cet article juste ici !

Lien entre gaspillage et impact de notre alimentation

Faim dans le monde et pollution : La faim dans le monde qui est déjà un mal suffisant pour éviter le gaspillage alimentaire, elle pourrait être éradiquée simplement avec la nourriture jetée dans les pays développés.
Selon la FAO, le gaspillage alimentaire mondial représenterait 3.3milliards de tonnes éqCO2 (c’est 6.5x plus que les émissions de CO2 en France).

30% des émissions de CO2 mondiales sont dues à la production de nourriture : principalement la production de viande qui est très polluante et représente une grande part de l’alimentation humaine.

Gaspillage d’énergie : Une vieille étude menée aux États-Unis, démontre un gaspillage d’énergie impressionnant : Le gaspillage alimentaire représenterait pour la France l’équivalent de 5% de l’énergie nationale !
Quand on connait les « problèmes » d’énergie en 2022 en France, il est difficile de se permettre une telle perte.

Perte financière : Pour finir, le gaspillage alimentaire est estimé à 16milliards d’euros de perte rien qu’en France selon l’ADEME

La quantité de nourriture jetée dans le monde équivaut à plus d’1/3 de sa production, du début à la fin de chaîne. Cela commence à sa production ou au supermarché pour des problèmes esthétiques superflus ou encore une date de péremption dépassée et pourtant encore consommable. Mais aussi chez nous, lorsque l’on évalue mal nos courses et que l’on peut laisser pourrir des aliments par exemple.

Il est primordial de revoir notre façon de consommer et briser les standards des grandes enseignes !

Pourquoi avoir une alimentation de saison et consommer local ?

Des agriculteurs procédant à la récolte

Le transport alimentaire représente 3 gigatonnes de CO2/an. Une pollution considérable qui pourrait être fortement réduite si l’on consommait local ! Faire ses courses en ferme ou en magasin bio donnent bien souvent accès à une alimentation locale des villes alentours ou au moins de la région. Cela fait également profiter les petits producteurs et l’économie locale. Le goût est par ailleurs au rendez-vous.

Les produits n’arrivent pas après plusieurs jours de transport issus de pays lointains, donc ils préservent leurs bienfaits.
Notre mode d’alimentation, ici le local, est le plus grand geste que l’on puisse faire. Pour ce faire, notre alimentation doit également être dictée par les saisons.

La folie des tomates et des fraises en hiver est un luxe dont on peut se passer. Respecter les saisons c’est éviter d’importer des fruits et légumes provenant de l’autre bout du monde. C’est aussi pouvoir abolir généralement les engrais chimiques, pesticides et autres serres chauffées car on produit au bon moment. C’est enfin respecter son corps en mangeant ce qu’il faut au bon moment.

→ Si la nature nous offre des fruits ultra vitaminés en hiver c’est pour nous donner le boost nécessaire pour le froid et le manque de soleil.

→ Si les fruits et légumes d’été sont gorgés d’eau, c’est pour nous hydrater face aux périodes de chaleur qui nous déshydratent. 

Logique non ? Si la nature est bien faite, respectons la, respectons les saisons, on est tous gagnants !

Tout comme nos choix de consommation en matière de vêtements ou bancaire, l’alimentation est un des secteurs les plus polluants pour lesquels nous « contrôlons » son impact.
Il est bien plus facile de s’améliorer sur l’impact de notre alimentation si on mesure son ampleur et comment y remédier.

Si notre article vous a plu n’hésitez pas à le partager sur vos réseaux, commenter ou vous abonnez à la newsletter !
Merci pour votre lecture et à bientôt ! 

À ne pas rater !
Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir nos futurs articlesUne cascade dans une forêt
En vous inscrivant à la newsletter, vous consentez à ce que Instinct-Planète, en sa qualité de responsable de traitement, collecte vos données afin de vous envoyer des communications par voie électronique. Vous pourrez vous désabonner à tout moment. Pour faire valoir votre droit d’accès, de rectification ou d’effacement, consultez notre politique de confidentialité.
Adresse e-mail non valide
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires